Bonjour et Bienvenue dans le magazine des Français de l’Etranger d’octobre 2019.
Au sommaire ce mois-ci, les 20 & 21 novembre : le rendez-vous annuel des entreprises qui souhaitent s’internationaliser, la 3e édition de la Semaine des lycées français du monde, le gouvernement veut doubler d’ici à 2030 les effectifs dans les lycées français de l'étranger, le succès des managers français à l’étranger, l’Assemblée des Français de l’étranger fête ses 70 ans, enfin un sondage révèle ce qui manque le plus aux Français expatriés.

Votre société est implantée à l’étranger ? Vous songez à internationaliser votre entreprise ? Vous gérez des salariés basés hors de l’hexagone ? Alors, notez sur vos agendas votre rendez-vous annuel : Le 2ème Salon des 24 heures de l’International qui se déroulera les 20 & 21 novembre prochains au sein du Palais de la Porte Dorée à Paris dans le 12°. Vous y rencontrerez plus d’une centaines d’experts, durant les 65 conférences programmées vous découvrirez les opportunités qu’offrent plusieurs destinations à l’honneur, des stratégies d’implantation, vous apprendrez de nouvelles techniques de gestion de vos salariés mobiles et bien sur vous y échangerez avec vos pairs.
L’accès est gratuit – rendez-vous sur http://24h-international.com

Du 18 au 22 novembre 2019 se tiendra la 3e édition de la Semaine des lycées français du monde. Au cours de cet événement, tous les établissements du réseau seront rassemblés autour de la thématique : « De la maternelle au baccalauréat : l’enseignement français pour réussir » afin de valoriser l’enseignement français à l’étranger. Cette 3ème édition prend cette année une dimension exceptionnelle en raison de la présentation du plan de développement de l’enseignement français à l’étranger par le Président de la République. Emmanuel Macron entend en effet doubler d’ici à 2030 le nombre d’élèves accueillis dans les lycées français de l'étranger, faisant ainsi de l’éducation un outil d’influence. Pour mener sa réforme, le gouvernement veut s’appuyer à la fois sur l'AEFE, colonne vertébrale du réseau et des associations telles que la Mission laïque française, qui a la main sur une centaine d’établissements. Au total, 25 millions d’euros de subventions seront injectés dans le budget de l’AEFE dès l'an prochain, alors que 33 millions lui avaient été retirés il y a deux ans. L'argent servira à multiplier les implantations.
Pour en savoir plus sur l’AEFE, venez rencontrer ses représentants lors du Salon des 24h de l’international (Palais de la Porte Dorée – Paris 12°) et si vous êtes à la recherche de jeunes talents : prenez d’ores et déjà rendez-vous avec les Boursiers d’Excellence Major, présents sur place le 20 novembre en envoyant un email à : salon@24h-international.com

Les managers français, trop individualistes et arrogants ? Il n’en est rien, selon Aymeric Bas, associé chez Valtus, leader européen du management de transition. Interrogé par le journal Les Echos, l’expert soutient en effet que les cadres et dirigeants « made in France » disposent des qualités culturelles nécessaires pour s'exporter et s’adapter, peut-être même mieux que leurs homologues anglo-saxons ou allemands. Les raisons à cela ? L’héritage historique de la France, la philosophie d'universalisme portée par les Lumières, les valeurs françaises et républicaines, qui incitent à l'ouverture. La moindre aptitude aux langues étrangères des Français est probablement aussi l'un des facteurs explicatifs de leur posture d'humilité, qui favorise l'acculturation et oblige à l'échange et à l'écoute. Des qualités primordiales dans le management multinational et encore davantage multiculturel.

Début octobre, c’est au Quai d’Orsay que l’Assemblée des Français de l’Etranger a fêté ses 70 ans, au cours de la Semaine des Français de l’Etranger. Institution créée en 1948, sous la plume de Robert Schuman, l’institution compte aujourd’hui 90 élus, conseillers consulaires AFE. Son rôle, consultatif, consiste principalement à sonder les 2,5 millions de Français vivant hors de France. Cette année, le Président de l’AFE, Marc Villard, a accueilli notamment les ministres Jean-Michel Blanquer, Jean-Yves Le Drian et Jean-Baptiste Lemoyne pour une conférence. Parmi les sujets au cœur des problématiques actuelles des Français hors de France ? Le réseau d’enseignement français l’étranger, la fiscalité et la réforme des institutions.

Un sondage réalisé par l’institut Opinion Way révèle ce qui manque le plus aux Français expatriés. A la question “Lorsque vous séjournez à l’étranger, quel produit alimentaire vous manque le plus ?”, les Français répondent à 60% la baguette de pain. Les fromages, beurres et crèmes des régions AOP manquent également à 53 % des expats. Viennent ensuite les viennoiseries (24 %), le saucisson (19 %) et le chocolat (13 %). Enfin, 87 % des personnes interrogées estiment que les fromages, beurres et crèmes AOP sont le symbole de la gastronomie française et 91% en proposent à leurs amis étrangers.

Merci de nous avoir suivis, et rendez-vous le mois prochain !
Bonjour et Bienvenue dans le magazine des Français de l’Etranger de septembre 2019. Au sommaire ce mois-ci : l’édito plutôt musclé ce mois-ci de Maître Charles Henry Chenut, Avocat des Français de l’étranger, le rendez-vous annuel des entreprises qui souhaitent s’internationaliser, info-retraite : un site à découvrir, la modification de la prise en charge des frais de santé des retraités expatriés, L’Inde …dernière au classement des pays où il fait bon vivre, et enfin des emplois à pourvoir au sein de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger.

Comme chaque mois, nous débutons ce rendez-vous avec un édito « musclé » signé par Charles Henry Chenut, Avocat des Français de l’Etranger. Au programme : IMPOSITION DES FRANÇAIS DE L’ETRANGER : un nouveau matraquage pour janvier !

On l’avait pourtant dit !
Voté l’année dernière, dans le cadre du projet de Loi de finance, l’alignement de la fiscalité des Français de l’étranger sur la fiscalité des français résidents fait aujourd’hui l’effet d’une bombe.
Pourquoi ? Parce que c’est demain. En janvier prochain et que les français de l’étranger s’inquiètent du matraquage fiscal que certains vont subir.
Qu’est-il prévu ? Aujourd’hui, jusqu’à 15.000 euros de revenus français, vous n’êtes pas imposés. Dans deux mois, vous serez taxés à 20% dès le premier euro gagné.
A partir de 27.000 euros de revenus, vous serez imposés à 30% au lieu de 12 ou 20% actuellement.
Dans tous les cas, nous serons perdants et vos impôts français pourraient être multipliés par deux ou trois.
L’ajustement de la fiscalité entre non-résidents et résidents n’a pas été correctement envisagé, entend on, faute d’étude d’impact sérieuse. Face à l’inquiétude générale de la mise en œuvre de cette réforme – qui peut mettre en péril certaines familles et qui pénalisent aussi les jeunes travailleurs ou les retraités (encore !) – on nous rétorque que « la réforme n’est pas achevée … et que des amendements à venir pourraient corriger le dispositif ! ». L’idée est certainement louable mais la méthode a pêché par précipitation : ouvrons donc un moratoire d’un an, observons et ajustons.
On nous avait parlé d’une simplification du système … mais pas d’impôts supplémentaires ! Le ras le bol fiscal des français de l’étranger est finalement très pris au sérieux par Bercy. Et au nom de cette recherche d’alignement fiscal, pourquoi alors ne pas octroyer aussi aux non-résidents les crédits d’impôts et les exonérations dont seuls bénéficient aujourd’hui les résidents ! Un peu d’égalité permettrait d’assainir une situation qui devient explosive et de moins en moins soutenable. Que les français de l’étranger soient pris en juste considération … rien de plus.
Et méfiance … rappelez-vous que l’agenda électoral se rapprochent !
Votre société est implantée à l’étranger ? Vous songez à internationaliser votre entreprise ? Vous gérez des salariés basés hors de l’hexagone ? Alors notez sur vos agendas votre rendez-vous annuel : Le 2ème Salon des 24 heures de l’International qui se déroulera les 20 & 21 novembre prochains au sein du Palais de la Porte Dorée à Paris dans le 12°. Vous y rencontrerez plus d’une centaines d’experts, durant les 65 conférences programmées, vous découvrirez les opportunités qu’offrent plusieurs destinations à l’honneur, des stratégies d’implantation, vous apprendrez de nouvelles techniques de gestion de vos salariés mobiles et bien sur vous y échangerez avec vos pairs.
L’accès est gratuit – rendez-vous sur http://24h-international.com

A l’heure ou une réforme des retraites se profile à l’horizon, en tant que Français de l’étranger vous serez surement ravis de découvrir « à quelle sauce vous allez être mangé », pour ce faire partez à la découverte du nouveau site que l’état vient de mettre en place à l’adresse suivante : https://parcours.info-retraite.fr/retraite_expatriation

Selon une instruction publiée le 15 septembre au Bulletin Officiel Santé la prise en charge des frais de santé des retraités expatriés lors de leur séjour temporaire en France est modifiée. En effet ceux-ci devront justifier de leur affiliation à l’assurance santé en France avant le 1er juillet 2019 de plus de 10 ans, les autres disposeront d’un sursis de 3 ans afin de s’organiser. Quant à ceux qui se sont inscrits après le 1er juillet 2019 et qui résident hors des pays de l’Union Européenne, de la Norvège, de L’Islande, du Liechtenstein ou de la Suisse, ils devront attendre 15 années de cotisations pour pouvoir en bénéficier.
Pour en savoir plus consultez l’instruction N° DSS/DACI/2019/173 publiée au Bulletin Officiel Santé en date du 15 septembre

“Expat Insider 2019”, la dernière enquête menée par inter Nations auprès de sa communauté d’expatriés : révèle après avoir interrogé plus de 20 000 de leurs membres que l’Inde figure en bonne dernière place au classement des pays où il fait « bon vivre ». Mis à l’index, la sécurité, la santé, les loisirs et les facilités pour voyager. Rappelons tout de même que cette étude n’a pris en compte que 64 pays. Donc si l’envie vous prend de quitter l’hexagone partez plutôt à Taïwan, au Portugal ou au Viet Nam qui eux figurent dans le trio de tête de ce classement des pays ou le meilleur accueil est réservé.

Vous êtes enseignant ? Vous êtes Directeur administratif et financier ou encore conseiller pédagogique et vous avez envie de vivre notamment en Espagne ? Alors pas une seconde à perdre car l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger recrute. N’hésitez pas à envoyer une candidature spontanée, toujours très appréciée par l’Agence car le service en ligne serait clos depuis le 23 septembre.
Rendez-vous sur le site de l’AEFE pour découvrir les détails de cette campagne.

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain.

Bonjour et Bienvenue dans le magazine des Français de l’Etranger de juillet 2019. Au sommaire ce mois-ci : la dématérialisation de l’état civil va faire ses débuts avec les Français de l’étranger, modifications de la prise en charge CFE des soins effectués à l’étranger, naissance de l’Autorité européenne du travail, tout savoir pour Conduire à l’étranger sans problème, et enfin une nouvelle assurance spécialement dédiée aux étudiants ou aux stagiaires.

Comme chaque mois, nous débutons ce rendez-vous avec un édito signé par Charles Henry Chenut, Avocat des Français de l’Etranger. Au programme la Dématérialisation des actes d’Etat civil dont les Français de l’étranger vont être les premiers à bénéficier :
« Cà y est … enfin ! Les actes d’Etat civil vont être dématérialisés pour nous, les Français de l’étranger. L’ordonnance qui encadre cette initiative, que nous attendions tous, a été présentée au Conseil des Ministres le 10 juillet dernier.
L’idée : créer un registre électronique de l’Etat civil, dont les actes – dématérialisés - auraient la même valeur juridique que les versions papiers authentiques. Ce registre permettra de conserver de façon pérenne et sécurisée tous les actes ! Les copies intégrales ou les extraits d’actes seront aussi délivrés sur support électronique.
L’ordonnance prévoit également une possibilité de téléservice pour les déclarations de naissance, les décès et les transcriptions ou les établissements d’actes d’Etat civil.
Cette expérimentation – à laquelle nous sommes dorénavant soumis - vise à simplifier les procédures, améliorer le service public en le rendant moins onéreux et d’avantage de proximité. L’objectif est également de réduire considérablement les délais d’attente. Une autre conséquence est de diminuer les dépenses budgétaires de l’Etat dont nous sommes les premières victimes… Le Ministère des affaires étrangères est dépositaire de l’expérimentation. L’ordonnance entrera en vigueur le lendemain de sa publication et sera applicable aux demandes administratives en cours. Tout est fin prêt. Dans 3 ans, une évaluation du dispositif sera faite et permettra de savoir si l’on passe au tout numérique, de façon définitive.
C’est pour nous, Français de l’étranger, une avancée absolument considérable que nous appelions de nos vœux depuis des années.
La persistance et l’obstination ont parfois leur vertu…”

Les assurés volontaires à la CFE seront intéressés par deux arrêtés publiés au JO du 3 juillet puisqu’il s’agit de modifications de la prise en charge de leurs soins effectués à l’étranger. Ainsi les soins dispensés à l'étranger non prévus par le décret nécessitent un accord préalable de la CFE avant une éventuelle prise en charge. Quant aux remboursements, ils seront calculés sur la base des dépenses réellement engagées par l’assurée, dans la limite d’un taux de prise en charge ou d’un forfait, déterminé par pays en référence aux tarifs appliqués en France pour des soins similaires. Et sinon le montant de la cotisation forfaitaire à l’assurance maladie-maternité des assurés volontaires à l’étranger, sera calculé désormais sur la base de l’âge de la personne la plus âgée de la famille.

Alors que plus de 17 millions d’Européens vivent ou travaillent actuellement dans un autre État membre que leur État d’origine, le 31 juillet prochain une instance nommée Autorité européenne du travail créée tout spécialement pour aider les personnes, les entreprises et les administrations nationales à “bénéficier des opportunités créées par la libre circulation des personnes”, verra le jour à Bratislava, en Slovaquie. L’AEL atteindra sa vitesse de croisière d’ici quatre ans, espérons que celle-ci pourra assister dans leurs multiples problématiques de « détachement » les Gestionnaires de Mobilité Internationale.

En cette veille de grandes vacances, nombreux sont ceux qui vont partir à l’étranger pour un court ou long séjour dans le cas d’une expatriation…et nombreux sont ceux qui devront conduire. Alors le mieux afin de vérifier que vous êtes en conformité avec la loi. Pour ce faire, une seule adresse celle du dossier « Conduire à l’étranger » sur service-public.fr. En fonction de votre profil de conducteur (pays d’obtention du permis de conduire + pays dans lequel vous allez voyager) vous disposerez de toutes les informations nécessaires. Notez tout de même que dans le cas où un permis de conduire international serait demandé, vous devez prévoir 4 à 5 semaines de délai. Vous allez partir faire vos études, suivre un stage à l’étranger et resterez sur place moins d’un an ? Profitez de cette nouvelle offre proposée par April Care International. Baptisée « MyStudies Cover », cette assurance qui démarre à partir de 36€ par mois, est conforme aux normes des plus grandes universités internationales, et inclue des garanties "frais de santé au 1er euro", en complément CEAM (Carte Européenne d'Assurance Maladie) ou en complément CFE (Caisse des Français de l'Etranger), assistance rapatriement, responsabilité civile vie privée, assurance bagages et individuelle accident. Pour en savoir plus sur le sujet rendez-vous sur fr.april-international.com

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain.

Bonjour et Bienvenue dans le magazine des Français de l’Etranger de JUIN 2019.

Au sommaire ce mois-ci : les résultats de l’étude ECA International portant sur le cout de vie dans les villes du monde entier, l’index des smart cities, les Boursiers d’excellence major à l’honneur le 17 juin

Comme chaque mois, nous débutons ce rendez-vous avec un édito signé par Charles Henry Chenut, Avocat des Français de l’Etranger.

Vous vous souvenez certainement, il y a peu, de cet enlèvement de deux français au Bénin et de la mort de deux de nos militaires au cours de leur opération de sauvetage.

Emmanuel Macron, après l’émotion suscitée, avait demandée à ce que les professionnels du tourisme se réunissent rapidement avec le Quai d’Orsay pour mieux garantir la sécurité liée aux déplacements des français à l’étranger et mieux prévenir les risques encourus.

C’est aujourd’hui chose faite. Il 4 jours, le secrétaire d’Etat auprès du Ministre des affaires étrangères, a travaillé sur ces thématiques avec l’ensemble des opérateurs du tourisme et les services publics.

En réalité, le Centre de crise du Quai d’Orsay dispose déjà de deux instruments d’information assez performants. Il est bon de les utiliser.

Le premier est « Le Conseil aux voyageurs » - consultez le ! Vous aurez alors accès à une mine d’informations très précises mais surtout actualisées, principalement liées à la sécurité : sécurité sanitaire, sécurité des transports, mais aussi les lois et les coutumes, comme les conditions de séjours. Près de 7 millions de visites du site en 2018.

Informez-vous, cela vous évitera de vous mettre dans des situations inconfortables ou périlleuses.

L’autre outil est « Ariane » : ce service – si vous vous enregistrez – vous permet de recevoir par SMS ou mail des alertes en cas de crises ou de risques imminents. 190.000 nouvelles inscriptions en 2018. C’est un contact direct avec l’information qui peut vous mettre à l’abri de dangers locaux, parfois imprévus.

Au cours de la réunion gouvernementale, il est convenu de renforcer ces systèmes auprès des services publics, de rendre ces instruments encore plus performants. Les acteurs du tourisme se sont également engagés à promouvoir ces outils.

Il en va de la sécurité de tous. Mais les premiers acteurs : c’est vous. Inscrivez-vous au consulat, enregistrez-vous. Ne perdons pas le fil et restons connectés !

C’est un exercice simple, mais qui peut nous sauver la vie.

Comme chaque année ECA Internationale a publié les résultats de son étude sur le cout de vie, on écoute tout de suite Nelly Le Breton nous dévoiler ses grands enseignements
ITW Nelly

Dans les colonnes des Echos Start, une autre étude baptisée quant à elle « Cities in Motion » réalisée l’IESE, une business school espagnole se propose de nous présenter le classement des 174 villes les plus durables et intelligentes du monde. Cet index 2019 à partir d’une centaine de critères comme : l’environnement, le capital humain, la cohésion sociale, mobilité et transport, aménagement urbain, économie, rayonnement international, gouvernance, technologie, révèle que Londres, New York, Amsterdam et Paris occupent les premières places au palmarès.

Le 17 juin au Quai d’Orsay a eu lieu la Cérémonie en l’honneur des boursiers Excellence-Major. Cette cérémonie permet de féliciter les meilleurs étudiants étrangers issus des lycées français du monde et ayant bénéficié d’une bourse pour suivre des études supérieures de haut niveau en France. Une occasion pour les talent managers des entreprises françaises présentes à l’international de rencontrer ces profils d’excellence, biculturels et polyglottes. Pour en savoir plus sur cet évenement, tout de suite un sujet réalisé par News21.tv

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain