Logo Usa-expat.tv
  Devenez Fan sur Facebook Suivez nous sur Twitter Abonnez-vous sur YouTubeMondissimo





 
 
Favoris et Partage

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange va être extradé vers les Etats-Unis. La Grande-Bretagne va extrader le lanceur d’alertes afin qu'il y soit jugé pour espionnage, selon des déclarations du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo publiées dimanche 21 juillet par le quotidien équatorien El Universo. La France avait rejeté en juillet 2015 une demande d'asile du fondateur de Wikileaks, alors que Julian Assange avait appelé le président français François Hollande à l’accueillir dans une lettre ouverte publiée par le « Monde », indiquant que sa vie était en danger. « A cette époque, j'ai révélé comment les trois derniers présidents français faisaient l'objet d'écoutes de la part des Etats-Unis », avait-t-il expliqué l’année suivante sur iTélé. « On aurait pu penser que le président allait aider les lanceurs d'alerte », disait-il. Mais « L'Élysée ne voulait pas heurter les Etats-Unis ». Selon l’AFP, les États-Unis ont retenu 18 chefs d'inculpation contre Julian Assange, qui risquerait pour cela 175 ans de prison. La majorité de ces accusations ont un lien avec les informations révélées par WikiLeaks.

 
Contenu de la vidéo : Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange va être extradé vers les Etats-Unis. La Grande-Bretagne va extrader le lanceur d’alertes afin qu'il y soit jugé pour espionnage, selon des déclarations du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo publiées dimanche 21 juillet par le quotidien équatorien El Universo. La France avait rejeté en juillet 2015 une demande d'asile du fondateur de Wikileaks, alors que Julian Assange avait appelé le président français François Hollande à l’accueillir dans une lettre ouverte publiée par le « Monde », indiquant que sa vie était en danger. « A cette époque, j'ai révélé comment les trois derniers présidents français faisaient l'objet d'écoutes de la part des Etats-Unis », avait-t-il expliqué l’année suivante sur iTélé. « On aurait pu penser que le président allait aider les lanceurs d'alerte », disait-il. Mais « L'Élysée ne voulait pas heurter les Etats-Unis ». Selon l’AFP, les États-Unis ont retenu 18 chefs d'inculpation contre Julian Assange, qui risquerait pour cela 175 ans de prison. La majorité de ces accusations ont un lien avec les informations révélées par WikiLeaks.

Mots clés liés : WikiLeaks, Julian Assange, Mike Pompeo, Etat américain, François Hollande, Etats-Unis, Elysée, extradition, Grande-Bretagne,

Image pour les réseaux sociaux :